Vous avez décidé de mettre à disposition un logement que vous possédez. Mais vous vous posez une question : mieux vaut-il le louer meublé ou non meublé ? Il existe des avantages et des inconvénients aux deux pratiques. Choisir de louer en meublé ou non n’est pas qu’une question de coût d’installation initial. Les régimes fiscaux diffèrent légèrement selon le modèle choisi. Et vous n’attirerez pas forcément le même profil de locataire… On fait le point avec vous pour savoir s’il faut louer en meublé ou non, en fonction de votre situation.

Louer son bien non meublé

Les avantages du non meublé sont avant tout une certaine facilité de mise en place. Vous n’aurez pas à vous soumettre aux règles précises qui régissent les équipements d’un meublé. Mais votre bail sera plus rigide : un seul contrat possible pour vous et votre locataire, d’une durée de trois ans, avec trois mois de préavis. Cette rigidité a ses avantages : les logements nus attirent plus particulièrement les locataires qui visent le long terme.
Le loyer sera bien sûr moins élevé que pour du meublé (environ 10 % de moins), ainsi que le montant du dépôt de garanti, fixé à un mois de loyer. Du côté de la déclaration d’impôts, si vous choisissez de louer un logement vide, vos loyers seront considérés comme des revenus fonciers et imposés avec un abattement forfaitaire de 30 %. C’est moins qu’en meublé, mais l’avantage est que vous ne serez pas soumis à la Contribution économique territoriale (CET), dont le montant varie d’une région à l’autre.

Louer son bien meublé

Louer son appartement en meublé nécessite un inventaire précis.  
Louer meublé a également ses avantages et ses inconvénients. Du côté des avantages, on peut citer le montant du dépôt de garantie, qui s’élève à deux mois de loyer. Le profil type d’une personne cherchant à louer en meublé est aussi souvent différent. On trouve beaucoup d’étudiants, une garantie de trouver des locataires régulièrement, mais cela veut aussi dire que vous devrez faire des contrats à répétition. De ce côté, vous serez cependant plus flexibles : vous pourrez établir un bail classique, un bail pour étudiant ou un bail mobilité.
Comme pour les logements vides, l’état des lieux en meublé est obligatoire, mais il s’additionne d’un inventaire précisant l’état du mobilier et des équipements. La liste de ces derniers est régie par la loi, vous devrez donc vous assurer qu’ils fonctionnent lors de la mise en location. Cela représente une somme conséquente à débourser lors de l’installation initiale. Côté impôts, les loyers de locations meublées sont considérés comme des bénéfices industriels et commerciaux, avec un abattement forfaitaire plutôt avantageux de 50 %. Mais il faudra aussi payer la CET mentionnée plus haut.
Pour conclure, choisir de louer meublé ou non meublé dépend donc de plusieurs facteurs. Ce serait une erreur de se baser uniquement sur le régime d’impôts ou le coût du loyer. Il faut aussi prendre en compte le profil type de locataire qu’on souhaite attirer, et bien sûr les contraintes liées au remboursement de l’investissement. Si vous souhaitez trouver des locataires de confiance, utilisez l’appli badi : elle vous permettra d’accéder à des profils vérifiés en quelques instants. Bonne recherche !