En France, les propriétaires de biens immobiliers sont en principe soumis à la taxe foncière et doivent déclarer leurs gains pour l'impôt sur le revenu. Que vous soyez propriétaire occupant louant une chambre ou propriétaire bailleur louant un appartement entier, vous pourriez cependant bénéficier d’une exonération.

La taxe foncière, c’est quoi ?

Les propriétaires bailleurs doivent s’acquitter de la taxe foncière.

La taxe foncière s’applique à tous les propriétaires de bien immobiliers imposables, elle vous concerne donc si vous êtes propriétaire bailleur. Tout comme la taxe d’habitation, elle est basée sur le revenu cadastral. La taxe foncière est un impôt local, cela veut dire que votre argent finance le budget des communes et départements. C’est donc cette taxe qui permet notamment l’enlèvement des ordures ménagères.

Si vous louez une partie de votre maison à un locataire, vous devrez quand même payer cette taxe. En tant que propriétaire occupant, c’est également à vous de payer la taxe d’habitation, à l’inverse d’un propriétaire bailleur.

Vous êtes propriétaire bailleur, pouvez-vous bénéficier de l’exonération de la taxe foncière ?

Oui ! Rassurez-vous, dans certains cas vous pouvez être exonéré  de la taxe foncière :

  • Vous bénéficiez de l’Aspa (Allocation de solidarité aux personnes âgées) ou de l’Asi (Allocation supplémentaire d’invalidité), et que vous occupez votre logement seul, ou avec des personnes dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas un certain plafond ;
  • Vous disposez d’une allocation AAH (Allocation aux adultes handicapés), ou vous avez plus de 75 ans au 1er janvier de l’année d’imposition, en remplissant certaines conditions de revenus ;
  • Votre logement est labellisé BBC, avec un niveau très élevé de performance énergétique (exonération partielle ou totale de la taxe pour 5 ans au minimum) ;
  • Votre logement est neuf : vous bénéficiez alors d’une exonération de la taxe foncière pendant deux ans.

Vous correspondez à un de ces critères ? Vous pouvez demander votre exonération d’impôts directement auprès du centre des finances publiques auquel le logement est rattaché.

Impôt sur le revenu : quelles exonérations ?

La taxe foncière concerne aussi les logements soumis à la taxe d’habitation

Vous devez déclarer vos revenus fonciers chaque année, au titre de l’impôt sur le revenu. Bonne nouvelle, si le montant brut de vos revenus fonciers n’excède pas 15 000 € par an (pour du non-meublé seulement), vous bénéficiez du régime micro-foncier et pouvez ainsi déclarer ce montant sur votre formulaire d’imposition habituel. Au-delà de cette somme, vous devez utiliser la déclaration annexe de revenus fonciers 2044. Si vous louez meublé, vos revenus sont imposables dans la catégorie des revenus industriels et commerciaux (BIC). Ils doivent être indiqués sur la déclaration complémentaire 2042-C-PRO.

Vous louez un logement dans lequel vous résidez vous-même ? Vous y gagnez, car les loyers perçus sont exonérés d’impôts, à deux conditions : qu’il s’agisse de la résidence principale du locataire et que le prix ne dépasse pas 185 € par m² en Ile-de-France (136 € dans les autres régions). Si vous louez une résidence secondaire (un logement où vous résidez moins de 6 mois par an), pas d’exonération prévue : vous devrez également vous acquitter de la taxe foncière et de la taxe d’habitation.

Que vous soyez propriétaire bailleur ou occupant, vous pouvez faire appel à badi. Vous pourrez trouver vos locataires ou colocataires directement depuis l’application, Vous pourrez sélectionner les profils qui vous correspondent et tchatter avec eux pour mieux les connaître. Et ce n’est pas tout ! Un système de réservation sécurisée est aussi à votre portée !