Février en mode Netflix and chill ? La chandeleur est passée mais les soirées tartiflette ont encore de beaux jours devant elles, et votre canapé douillet ne vous séduit plus autant qu’avant. Le ciel bleu vous manque, et, pour sortir du spleen hivernal, rien de tel que de parler “bons plans à l’extérieur”, car, même si le froid est encore là pour un petit moment, Paris offre parfois de magnifiques journées ensoleillées qui donnent envie de faire autre chose que de boire un café en terrasse.

On avait envie de vous faire prendre l’air dans le XIIIe arrondissement. C’est le quartier “outdoor” par excellence, en marge de la frénésie de la ville, et renfermant d’innombrables trésors qu’il serait dommage – vraiment – de ne pas découvrir. Heureusement, on est là pour vous les dévoiler. Laissez votre plaid, faites un bisou à votre chat, et attrapez votre manteau, on part en balade !

Un musée à ciel ouvert

À l’origine – jusqu’en 1860 –  c’était un petit village en dehors de Paris. Le quartier de la Butte aux Cailles, protégé de l’effervescence parisienne, se prête volontiers à une promenade dominicale. La Butte vivait de l’artisanat et a en quelque sorte conservé son essence, en particulier la rue de la Butte aux Cailles, alors convertie en un temple du street-art, au calme. Un souffle de dépaysement s’empare de cette rue, où, entre fresques urbaines et petites maisons aux allures alsaciennes avec leur colombage tout particulier, on se sent déconnecté, tel un week-end à la campagne. Si toutefois vous vous trouvez sur place lorsque retentit le clocher de l’église Sainte-Anne, le voyage y sera encore plus bucolique…

Engagement et street-art

Même si la grisaille domine le ciel, n’attendez plus : cette expo à ciel ouvert a lieu jusqu’au 2 mars à la galerie Math Goth. Le street-artiste portugais Bordalo II y dénonce la pollution qui menace les animaux en les représentant à l’aide d’objets en plastiques. On retrouve notamment un immense renard sur un mur de l’ancienne gare Massena, parmi les “animaux trash” que l’artiste crée à base de déchet récupérés dans les décharges. Bardot ou pas Bardot, on parie que vous serez difficilement insensible aux couleurs et idées engagées utilisées dans le but de vous conscientiser, vous, les badaux.

Retrouvez l’exposition “Accord de Paris” jusqu’au 2 mars, au 10-12, Avenue de France.

Ambiance street food, musique et bistronomie à l’EP7

On continue dans le domaine de l’art avec cet espace éclectique et artistique situé en plein coeur de Paris Rive gauche. C’est la Guinguette numérique et gourmande du XIIIe. À la fois café, restaurant culturel, et équipement numérique mettant les artistes au coeur du projet, l’espace offre une expérience qui débute dehors et continue à l’intérieur. On adore ce concept tellement unique, où la façade se transforme en périscope urbain du quartier. On met à l’honneur ce qui se passe en cuisine, dans la rue, dans le monde artistique de l’arrondissement… on prend de la hauteur au restaurant en savourant la cuisine contemporaine d’un jeune Chef, du premier label culinaire et musical (oui, oui, ça existe ! ) Animal Records & Kitchen. Les parisiennes viennent pour les sessions yoga du mardi et dimanche, et on y retrouve le tout Paris en afterwork avec DJ set à toute époque de l’année.

Prendre l’eau

Pour s’aérer, rien ne vaut le grand plongeon ! Le 13e réserve également de jolies surprises nautiques. En hiver comme en été, on croise le parisien à la Piscine Butte aux Cailles, l’une des plus anciennes de Paris, dans un somptueux cadre Art Nouveau. Son petit plus ? L’eau est non chlorée et chauffée toute l’année naturellement à 28°C !

#BadiBonus : en période estivale, direction la Piscine Josephine Baker en bord de Seine sur le quai François Mauriac, suivi d’un apéro au Petit Bain, le bateau voisin.

#TipTopSecret

On profite du Nouvel An chinois pour vous révéler où se fournissent les meilleurs restaurateurs chinois de Paris :  chez Tang Frères. Cet immense supermarché vous donnera l’impression d’être parti au pays du soleil levant tant on y trouve des produits habituellement si difficiles à dénicher. N’ayez pas peur d’acheter les yeux fermés, les étiquettes sont rarement traduites et c’est ce qui en fait l’authenticité ! Le XIIIe, c’est aussi le quartier chinois, et c’est en vous promenant au hasard des rues que vous découvrirez des petits commerces pour dégoter des mangas, des bouddhas et autres jeux vidéo typiques du pays. En vous aventurant sous la dalle des Olympiades, après avoir traversé un parking souterrain, vous trouverez même… un temple bouddhiste !